Un espace historique sur le mouvement ouvrier

Un espace historique sur le mouvement ouvrier

socialisme, origines du communisme français, biographies


FROISSART René.

Publié par archivescommunistes sur 21 Juillet 2011, 22:43pm

Catégories : #éléments biographiques

heninlietard.jpgNé le 19 juin 1890 à Hénin-Liétard (Pas-de-Calais), mort le 21 septembre 1942. Un des principaux membres du comité de la 3ème Internationale du Pas-de-Calais. Il diffuse dans le bassin minier, au lendemain du congrès de Strasbourg de la SFIO (février 1920), un tract signé de sa main reprochant le détournement des 236 mandats en faveur de la motion d’adhésion immédiate à la 3ème Internationale au profit des reconstructeurs. En avril, Antonio Coen, de la direction nationale du comité de la 3ème Internationale anime un meeting à Hénin-Liétard, ville dans laquelle René Froissart est le secrétaire de la section socialiste. René Froissart est nommé président du bureau du Comité départemental en septembre 1920 avec Fourment : secrétaire ; Godefroy : trésorier ; Candelier François et Marouzé Pascal : membres de la commission. Selon un rapport de police « une active propagande en faveur de la 3ème Internationale est faite actuellement au sein du Parti socialiste et jusqu’à présent une centaine d’extrémistes ont donné leur adhésion ». René Froissart est également en relation avec les militants du comité du Nord de la 3ème Internationale. En novembre, signe, en tant que membre du comité, la motion d’adhésion votée à Tours.

 

Il fut membre de la direction fédérale du parti communiste naissant en mars 1921. En 1924-25, il quitta le Pas-de-Calais pour l'Yonne afin de s'y établir en tant qu'exploitant agricole. En 1926, après un voyage en Russie, il fit une tournée de propagande en France. Il fut conseiller municipal de Brion et le principal animateur de la fédération communiste dans les années 1930. Il fut désigné membre de la commission de contrôle des finances du PCF en 1936 au congrès de Villeurbanne.

 

Il fut ensuite arrêté en mai 1940 et interné mais s'évada. Arrêté à nouveau le 18 février 1941 et désigné le 11 septembre 1942 comme otage et fusillé le 21 septembre suivant au Mont Valérien.

   

Sources : L’influence de la révolution russe et des mouvements révolutionnaires d’Europe centrale sur le mouvement socialiste et ouvrier dans le bassin houiller du Pas de Calais, 1919-1922, Mémoire de Maîtrise, Lille, 1972, Josette Breton (Archives du Pas-de-Calais, MS 249) ; Bulletin communiste du 04 novembre 1920. Rapport de police, M2372 (Archives du Pas-de-Calais) ; Le Communiste du Pas-de-Calais n°2 du 6 mars 1921 ; notice du Maitron.

 

François FERRETTE

Commenter cet article

Archives

Articles récents