Un espace historique sur le mouvement ouvrier

Un espace historique sur le mouvement ouvrier

socialisme, origines du communisme français, biographies


La Gironde à la veille du congrès de Tours (extrait du livre : la véritable histoire du PCF)

Publié par archivescommunistes sur 24 Septembre 2011, 15:33pm

Catégories : #éléments d'histoires locales

À Bordeaux, les membres du Comité de la IIIe Internationale sont une poignée de militants à mener la campagne pour l’adhésion. Le cas de cette ville est intéressant par son effet « en creux ». Là où les militants ne se sont pas investis dans la SFIO, les résultats des votes pour le congrès de Tours sont décevants. Les adhérents du Comité de la IIIe Internationale se sont en effet très impliqués dans les Comités syndicalistes révolutionnaires (CSR) du Sud-ouest. Leur choix de développer les CSR, la tendance révolutionnaire de la CGT constituée récemment, avant les comités locaux de la IIIeInternationale se traduira par une faible victoire dans la Gironde, avec une courte majorité de 45 mandats sur 89 en faveur de l’adhésion. Mentionnons le nom de François Graëels qui est un des socialistes oubliés aujourd’hui mais qui fit parler de lui à l’époque. Lors de son décès en 1928, le Parti communiste lui rendit hommage en ces termes :

 

Pendant la guerre, il lutta vigoureusement dans le sein du Parti socialiste contre les jusqu’auboutistes pour la reprise des relations internationales puis pour la défense de la révolution russe. Membre actif du Comité de la IIIe Internationale, il batailla pour l’adhésion à la IIIeInternationale… Graëels, après la scission se dépensa sans compter pour la jeune fédération communiste. Les camarades du début savent que c’est à lui qu’ils doivent notre premier local, notre premier matériel ; ils connaissent sa générosité inépuisable qui s’exerçait envers les militants traqués : Hongrois, Italiens, etc.[1]



[1] Article nécrologique sur François Graéels, Le Travailleur (hebdomadaire du PC de la région de Bordeaux), 3 mars 1928.

 

DOCUMENTS EN LIGNE :

Le premier rapport de police ci-dessous date du 19 octobre 1920 et présente les groupes révolutionnaires de Gironde tels que la police les perçoit. A aucun moment, le Comité de la IIIè Internationale n'apparaît : son activité a été peu visible et surtout très interne à la SFIO sans expression publique, au contraire de tous ceux qui sont évoqués. Le second rapport de police date du 18 janvier 1921 et décrit la première séance de la section communiste bordelaise où Graeels est remercié pour son aide durant la campagne d'adhésion à l'Internationale communiste.

 

Enfin, l'article nécrologique du journal communiste le Travailleur, est accessible ci-après.

 

       
AD33 Cote 1M256 rapport de police 19.10.20 page 1   AD33 Cote 1M256 rapport de police 19.10.20 page 2
  AD33-Cote-1M256--rapport-de-police-19.10.20--page-3.JPG
  AD33-Cote-1M256--rapport-de-police-19.10.20--page-4.JPG
AD33 Cote 1M256 rapport de police 19.10.20 page 1 AD33 Cote 1M256 rapport de police 18.01.21 page 2    

article-le-travailleur-03.03.28-pour-site.jpg

Commenter cet article

Archives

Articles récents